Actualités

L'OCADES Caritas forme 50 jeunes au métier de fermiers agricoles

User Rating: 0 / 5

Star InactiveStar InactiveStar InactiveStar InactiveStar Inactive
 
160433783 4167412336614143 4590920109525096027 nL' Organisation catholique pour le développement et la solidarité (OCADES Caritas Burkina à Dédougou) a procédé, ce samedi 13 mars 2021, au lancement
de la session de formation de 50 jeunes hommes et femmes sur le métier de fermiers agricoles. Elle a une durée de six mois et s'inscrit dans le cadre du Programme de développement intégré (PDI), financé par le ministère de la coopération du Grand-Duché de Luxembourg.
Cette session de formation, un tant soit peu, de valoriser le secteur de l'agriculture qui est la base de l'économie de la région. Elle nécessite aux apprenants de mieux maitriser le domaine de l'agriculture et de l'élevage. Ainsi, il s'agira au cours des six prochains mois apprendre à ces jeunes, à produire des céréales, d' es légumes (le maraîchage), à ​​faire de l'élevage de la volaille, à entretenir les bœufs de traire et les matériels de travail.
Pour le secrétaire exécutif de l'OCADES Caritas Burkina à Dédougou, l'abbé André Toé, cette formation vise ainsi à professionnaliser le métier de l'agriculture. «Pour cette formation qui durera six mois, il s'agira de façon spécifique, de renforcer les capacités des jeunes agriculteurs de sorte à faire des personnes, des fermiers professionnels. Il est vrai que nous avons ajouté et nous continuons d'appuyer toujours les producteurs à la base à travers des sessions de formation, des techniques d'appuis, mais cette fois-ci, nous avons voulu consacrer une attention particulière à ces jeunes à travers cette formation professionnalisante », a expliqué l'abbé André Toé.

 

160850609 4167412256614151 159999579476718558 n
A l'en croire, cette formation sera sanctionnée par le diplôme de certificat de qualification de base (CQB). A l'issue de leur apprentissage, il est prévu leur équipement afin que chacun puisse créer sa ferme. «Nous allons les accompagner pour qu'ils aient des micro-crédits, nous allons également assurer le suivi-accompagnement jusqu'à la fin du projet parce qu'il ne suffit pas de les anciens et les laisser», a rassuré la coordonnatrice du Programme de développement intégré, Zénabou Téguéra160242343 4167412363280807 7736035147320274067 n